Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tabouanant Magaⵣine

Le Tabouanant Magaⵣine

Le journal de ceux et celles qui n'ont pas oublié d'où ils viennent


Ighil Ali / Les villages souffrent d’isolement

Publié par Karim Kherbouche sur 19 Août 2009, 15:59pm

Catégories : #Actualité

La principale cause de la désertion des villages reculés, situés au sud de la commune d’Ighil Ali, à savoir Tabouanant, Zina, Moka, Tazla, Tiniri, Belayel, El Kalaa, Ath Serradj, Boni, en est le manque cruel de transport.

En effet, les quelques habitants qui demeuraient dans ces villages vers la fin des années 90 ont fini par déménager pour les villes et villages où il y a un minimum de conditions de vie. Quant à ceux qui n’ont pas les moyens de le faire, manque de transport oblige, ils continuent de souffrir mille morts en vivant claustrés dans leurs petits villages, trop déshérités et isolés pour répondre à leurs attentes. Il ne peuvent ni vaquer à leurs occupations habituels, ni travailler, ni assurer la scolarité de leur progéniture… Ignorés des pouvoirs publics, les villageois de la commune d’Ighil Ali attendent leur part de développement qui tarde à venir. « Il y a urgence de doter nos villages de moyens notamment de transport. Faute de quoi, en quelques années, il ne subsistera de village habité dans notre commune que le chef-lieu de commune. Et encore ! Même ce dernier, il ne cesse de se vider de sa quintessence. Hélas, notre commune ne parvient plus à se débarrasser du joug de sa déshérence qu’elle subit de plein fouet ! », déplore un citoyen de Belayel, rencontré sur la place du marché d’Ighil Ali.

Un jeune du village Tabouanant révèle : « Nous ne sortons de nos villages que pour une raison vraiment majeure tant cela nécessite d’énormes dépenses et nous sommes pour la plupart des chômeurs. Faute de transport, nous sommes à la merci des taxis clandestins qui pratiquent des tarifs exorbitants. A titre d’exemple, pour aller d’Ighil Ali à Tabouanant, village situé à environ 12 km, certains de ces transporteurs clandestins exigent une somme de 200, 250, voire 300 DA ! A cela s’ajoute les nombreuses autres dépenses qu’entraîne l’éloignement de chez soi ». Et de poursuivre : « durant les années 90, nos villages étaient peuplés et la vie y était possible, voire même agréable. Notre village à lui seul disposait d’une dizaine de fourgons de transport qui faisaient la desserte vers Allaghan et Akbou. Hélas, ce que l’insécurité a entamé, le manque de moyens de toutes sortes semble bien l’achever et ce, sans que cela n’émeuve les responsables municipaux plongés dans un silence complice ».          

Enfin, soulignons que même les vacanciers qui ne rataient aucune occasion pour venir passer quelques jours dans leurs villages d’origine ont préféré s’abstenir cet été et ce, en dépit des nombreuses fêtes de mariages qui y ont été célébrées ces jours-ci. Ce qui ne présage rien de bon pour ces villages.  

Karim Kherbouche

Commenter cet article

dissertation 21/08/2009 15:15

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!________________dissertation

ougour chafaa 20/08/2009 22:59

saha ramdhankom

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents