Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tabouanant Magaⵣine

Le Tabouanant Magaⵣine

Le journal de ceux et celles qui n'ont pas oublié d'où ils viennent


Les cambriolages se font en plein jour à Akbou et dans la région

Publié par Karim Kherbouche sur 10 Septembre 2009, 13:31pm

Catégories : #Actualité


Les cambriolages sont devenus monnaie courante et se font parfois en plein jour ces dernières années dans la wilaya de Béjaia. En été, le phénomène atteint des pics alarmants. Quitter sa maison pour aller sur la plage avec sa famille, assister à une fête ou tout simplement rendre visite à des proches ou à des amis comporte d’énormes risques. Parfois, il ne suffisait que d’une absence temporaire pour retrouver sa maison dévalisée. La population crie au secours.

On vole tout et de tout

Plusieurs vols avec effraction ou violation de domicile ont été enregistrés notamment dans les villes et bourgs de la région, tels que Béjaia, Akbou, Sidi Aich, El Kseur, Tazmalt, etc. Le phénomène se fait moins sentir dans les zones campagnardes probablement pour des raisons socioculturelles. « Dans les villages et certains vieux quartiers, les gens se connaissent et la présence d’une personne suspecte peut être facilement identifiée et immédiatement neutralisée. Dans notre culture kabyle, la violation de domicile risque de coûter la vie à son auteur. Les rigoureux principes du Nif sont encore en vigueur notamment dans les villages et hameaux», affirme Saidi M., diplômé universitaire en sociologie.

Les établissements commerciaux et les véhicules sont également les cibles des voleurs mais les maisons détiennent la première position des cambriolages.

On vole de tout : d’abord l’argent, ensuite tous les objets de valeur, tels que les bijoux en or ou en diamant, les écrans plats, les appareils photo, etc. Même les jouets électroniques des enfants sont parfois dérobés. Quand les voleurs utilisent les gros moyens, même le mobilier et l’électroménager ne sont pas épargnés. C’est le cas de cette famille dans la vallée de la Soummam qui, en revenant le soir de la plage, l’été dernier, n’a retrouvé que les murs de leur maison ! Les passants ont vu les voleurs charger du mobilier sur un camion mais ils pensaient que c’était un déménagement ! C’est dire à quel point il y a absence totale de vigilance. Un couple à Akbou a été cambriolé il y a quelques mois seulement, le butin est estimé à des centaines des millions de centimes, c’est l’épargne de toute une vie qu’ils ont vu disparaître en un laps de temps très court !

 

Le ras-le-bol de la population

Portes en fer, dénudées de tout sens de l’esthétique, fenêtres et balcons grillagés, … nos maisons donnent l’air de pénitenciers ! La peur de se faire voler se lit à ciel ouvert dans nos villes. Cette crainte entraîne un sentiment d’insécurité néfaste à la santé publique.

« Franchement, j’ai peur ; on a récemment violé le domicile de mon voisin et on lui a volé plusieurs objets et de l’argent. J’ai peur de me retrouver seule à la maison car mon mari travaille le jour et ne rentre que le soir très tard », confie T. Yasmina, femme au foyer.

Une autre dame résidant au faubourg de Guendouza, à Akbou, témoigne : « Dernièrement, un samedi, dans la nuit, alors que nous étions mon mari et moi à la maison, des voleurs ont fait irruption dans la maison, ils sont rentrés par le jardin. Mon mari s’en est aperçu, il est sorti, ils ont pris la fuite. Ils n’ont pas volé grand-chose mais franchement je ne me sens pas à l'aise, je dors mal, j’entends des bruits, même mon mari ne dort pas bien, du coup je stresse encore plus pourtant nous avons des volets partout, en pvc, mais on peut les ouvrir de l'extérieur. Je me demande comment retrouver la confiance ».

Un jeune de la même localité s’insurge : « Les quartiers doivent s’organiser et faire preuve de vigilance. Pour moi, rien ne peut justifier les vols et les agressions des pauvres citoyens que nous sommes, ni le chômage, ni la misère sociale, absolument rien ! Cela s’appelle de la délinquance et ça doit être combattu sous toutes ses formes et avec tous les moyens ! ».

Ce ne sont là que quelques témoignages de citoyens largement partagés par toute une population. D’ailleurs, la rue en fait son sujet favori et, manifestement, le ras-le-bol de la population a atteint ses limites et les citoyens n’ont pas l’intention de rester spectateurs face à ce phénomène contraire aux valeurs morales et culturelles de notre société.

S’agit-il de groupes de voleurs organisés ?

« Les voleurs ne sont pas tous des chômeurs, nous en connaissons plusieurs d’ailleurs. Tout le monde sait qu’un chômeur ne vole pas systématiquement. Par exemple, les toxicomanes et autres alcoolos qui n’ont pas les moyens peuvent voler pour l’alcool et la drogue. Les vols et les agressions sont en partie symptomatiques de la délinquance juvénile mais il n’y a pas que ça. Ce phénomène soupçonne l’existence d’un travail de groupe. L’Etat doit mettre à la disposition des services de sécurité les moyens humains et matériels nécessaires afin de combattre ce fléau qui gangrène notre société et de démanteler d’éventuels réseaux liés aux cambriolages», prévient M. Tahar de Sidi Aich, lui-même victime d’un cambriolage.

Et de poursuivre : « je crois que la stratégie des voleurs est la même. Avant de passer au cambriolage d’une maison donnée, ils prennent le temps d’observer les habitudes de ses occupants : leur emplois du temps, leur lieu de travail, l’itinéraire qu’ils empruntent, etc. Ils ne passent à l’action qu’une fois toutes les dispositions sont prises pour éviter de se faire piéger. Le téléphone portable facilite le contact entre les voleurs. Il faut dire que le mobile a contribué à l’exacerbation du phénomène du vol ».

En règle générale, les couples qui travaillent sont les premières victimes de cambriolages et c’est souvent par excès de confiance.

Par ailleurs, l’absence de vigilance et de contact entre les voisins a favorisé les voleurs. Une des personnes que nous avons interrogées nous a raconté une anecdote qui en dit long sur l’absence de communication entre les voisins : « Une fois, à Alger, je me suis garé pour faire le plein d’essence. J’ai vu un homme assis sur le trottoir tenant sa tête entre ses mains. Je savais qu’il avait des ennuis. Je me suis approché de lui pour lui demander s’il avait besoin d’aide. Le monsieur, la quarantaine, m’a dit qu’il avait oublié son argent à la maison et qu’il devait aller à Blida où il avait une affaire urgente. Je lui ai prêté de l’argent. Il m’a donné son adresse, il s’est avéré que le monsieur en question était mon voisin et qu’on habitait le même immeuble ! Je vous assure que je ne le connaissais ni d’Eve ni d’Adam ! ».

Des conseils pour protéger son habitation

Nous vous proposons quelques précautions à prendre afin de protéger la sécurité de votre maison et de votre famille. Cette liste ne prétend en aucun cas être exhaustive.

* Se mettre dans la peau du cambrioleur. Imaginez que vous vouliez vous cambrioler, par où passeriez-vous ? Quand vous aurez identifié les failles, vous pourrez songer aux solutions appropriées.

* N'hésitez pas à vous adresser à un spécialiste de la sécurité des habitations. Pensez à investir dans la sécurité de votre famille et de votre maison en installant un système d’alarme. Si un cambrioleur s'introduit, une alarme se déclenche et vos voisins appelleront peut-être la police. On peut également investir à petits frais dans un dispositif dissuasifs, comme un autocollant du type "cette maison est placée sous surveillance vidéo" ou fausses caméras de surveillance.

*Etablir le dialogue entre voisins. Mais avant cela il faut d’abord apprendre à les connaître. Les informer en cas d’absence. Avoir leurs numéros de téléphone pour rester en contact avec eux. Dans cet ordre idée, les comités de quartiers peuvent être d’une grande utilité dans la mesure où ils sont un cadre permettant aux gens de se connaître et de prendre des mesures communes comme fermer à clé la porte de l’immeuble (quant il s’agit d’un bâtiment) à des horaires que l’on juge nécessaire.

*Installer une porte blindée. En cas d’absence, fermer à clé toutes les portes, y compris celles de l’intérieur de la demeure ; les voleurs pensent que les objets de valeurs peuvent être dissimulés partout. Fermer toutes les portes peut faire perdre beaucoup de temps aux voleurs et pourquoi les dissuader car leur ennemi n°1 est le temps.

* En revanche, laisser la maison ouverte, la porte de la véranda non verrouillée, les volets non clos, pour faire croire à une absence temporaire des hôtes est inefficace, et l’effet dissuasif serait contre-productif. Laisser la lumière allumée ou la clé sous le nain du jardin sont également d’une efficacité douteuse.

* Dissimuler ou entreposer les objets de valeurs dans un lieu clos et hors d’atteinte, comme les coffres-forts pour les objets de petite taille surtout quand on a affaire à des inconditionnels des films d’action et d’aventure !

*En cas de travaux de réparation à l’intérieur de votre maison, éviter de donner les clefs à des personnes étrangères (plombier, maçon, électricien, etc.) ; on peut en faire un double. Fermer les portes des chambres qui ne sont pas concernées par les travaux et mettre à l’abri des regards les objets de valeurs qui puissent susciter la convoitise des voleurs. Généralement, nos voleurs sont soit des personnes à qui ont fait confiance, soit des complices de ceux à qui on fait confiance…

*Donner l’impression que la maison est toujours habité comme, par exemple, aviser un parent, un ami ou un voisin de confiance afin qu’il jette un coup d’œil le plus souvent possible à notre demeure et qu’il récupère notre courrier car l’accumulation de celui-ci renseigne de notre longue absence, lui laisser notre numéro de téléphone et lui indiquer l’endroit où nous nous trouvons.

* Mettre des lumières dehors est aussi un bon moyen de sécuriser sa maison. On installe une lumière de détection de mouvements à l'extérieur de notre maison ou mieux, des lumières photosensibles qui s'allument dès que le soleil se couche et qui s'éteignent à l'aube.

* Si on possède un répondeur téléphonique, on ne mentionne jamais dans notre message qu'on est absent. On dit plutôt qu'on est occupé. On ferme nos stores et nos rideaux de façon à ce que personne ne puisse voir l'intérieur de la maison.

* Installer des minuteries qui allument et éteignent les lampes, selon un horaire correspondant à nos activités habituelles. On pense à relier une de ces fabuleuses minuteries à la télé ou à la radio. Les chaînes de TV ou radio les plus efficaces sont celles qui offrent des lignes ouvertes ou des émissions d'affaires publiques avec des entrevues.

En conclusion, il faut avoir les bons réflexes, c'est-à-dire faire preuve de prudence en permanence et ne point croire que "cela n’arrive qu’aux autres"...
                                              
                                                                           Karim Kherbouche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Farouk d'Akbou 17/09/2009 15:07

Merci d'attirer l'attention des responsables sur ce prob. La sonnette d'alarme est tirée que feront-ils

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents